dimanche 31 mai 2009

En travers



  
Toute vérité est une route tracée à travers la réalité


***
Henri Bergson
Extrait de  "La Pensée et le mouvant" 

***

Photo : Nymphette

samedi 30 mai 2009

Les pierres racontent



Ce n'est pas dans les montagnes  qu'on trébuche, mais sur de petits cailloux .

(Anonyme)

***
Photo : Nymphette


vendredi 29 mai 2009

Paresseux





Si vous cherchez bien, il y a un paresseux dans l'arbre.
Où ?

Réponse :
En plein milieu de la photo, là où cela fait un Y....
Mais si ! Prenez vos lunettes !

***
Photo : Mélusine
Parc animalier de Rhodes




jeudi 28 mai 2009

Marécage




Ici, dans les marécages vivent des fées aux cheveux verts. 
Elles mesurent dix centimètres de haut, 
ont des ailes et bien sûr des cheveux verts. 
Ce sont souvent des êtres maléfiques 
qui ensorcellent les marais. 
Quand des humains approchent, 
ils s'enlisent et ne peuvent plus ressortir. 
Les fées en font leurs esclaves pour toujours...


On trouve les fées aux cheveux verts au Canada, 
en Amazonie et en Irlande 
où elles vivent principalement. 
Là-bas elles se nourrissent de trèfle à quatre feuilles.
***
Photo : Aby

lundi 25 mai 2009

Au bord d'une rivière



Souvent, les fées se présentent aux chercheurs d'aventure 
auprès des fontaines cachées,
 dans les profondeurs des bois.
 Elles attirent ainsi celui dont elles veulent être aimées, 
en lui faisant poursuivre un cerf ou une biche 
qui l'amène ensuite à la fontaine.

***
Photo : Mélusine


samedi 23 mai 2009

Chez nous, elles ont leurs cornes !








Regardez bien les vaches de par chez vous !
Est-ce que les paysans leur laissent leurs cornes ?
Chez nous, si !

La preuve...

Meuh oui.....

***
Photos : Aby




vendredi 22 mai 2009

L'habitation Zévallos


Cette maison de maî tre est une pièce unique en Guadeloupe.
En 1877, elle apparait majestueuse
, construite en fer
(provenant des usines de Gustave Eiffel)
et en briques roses, couverte de tuiles
avec une galerie
au rez de chaussée et au premier étageceinturée par des balcons circulaires en fer.
En 1894, les tuiles sont remplacées par des tôles
tout en conservant son originalité architecturale.
Et aujourd'hui encore, elle garde tout son charme
et rappelle le temps des anciennes exploitations sucrières.

Cette propriété est privée et vous n'y aurez pas accès.

Une légende dit que cette maison est hantée.On y entendrait des cris, des bruits violents de meubles déplacés
et jamais aucun vivant n'aurait pu y passer une nuit tranquille.
À l'origine, prétend la rumeur, au XIXe siècle,
une révolte des ouvriers indiens
travaillant dans la sucrerie attenante à l'habitation
se serait achevée dans un bain de sang ;
les apparitions seraient les esprits des meneurs
brûlés vifs dans le four de l'usine.

Une autre légende attribue sa création aux ateliers de Gustave Eiffel.
A l'époque il y a eu une foule d'événements surnaturels qui se sont passés :
-Le feu avec des flammes qui sortaient de la maison,
les pompiers arrivaient pour constater qu'il n'y avait pas de feu.
- Des gros cailloux qui tombaient dans le salon
- Un cheval blanc dans la cour à minuit
- Un prêtre exorciseur chassé de la maison à coup de cailloux
- Des sandales qui marchaient dans la maison tout seule
- Le couvert qui se mettait sur la table.

Cette maison, appartient à une même famille
depuis de nombreuses années
Dans la cour de cette maison
les anciens propriétaires "béké" ont tué des esclaves
sur des cassettes d'or et les ont enterrés dessus.
Aux Antilles ont dit que c'est de l'or engagé !
Et, selon les dires, en général pour dégager cet or
on vous demande de faire un sacrifice,
il faut que le sang soit versé.
Mais le sang de qui, ou de quoi !?
Un des propriétaires a trouvé deux doublons espagnols en or dans la cour,
il a retourné la cour mais il n'a pas trouvé le reste.
Ces événements se sont arrêtes au décès d'une cousine médium
qui vivait dans cette maison.


jeudi 21 mai 2009

La forêt

Pour le néophyte, la forêt tropicale révèle un univers botanique caractérisé par l'intensité et la diversité de la flore. L'atmosphère chaude et moite d'une serre naturelle favorite sur le massif volcanique de la Soufrière l’exubérance végétale.


Dans la forêt humide, l'acomat grandes feuilles élance son tronc à l'écorce rugueuse
ancré sur de larges conterforts. Ici, dans la forêt à Sofaïa
.

Arbre de vie : l'arbre à pain.
Ce fruit qui ressemble à un gros avocat est très utilisé dans la cuisine antillaise

Dans le maillage du couvert végétal de la forêt tropicale ou dans les jardins antillais, fleurs et plantes composent un riche catalogue d'espèces exotiques :


Les grappes rouges de l'alpinia

Du vert au jaune, les massifs de croton déclinent leurs feuillages


Une bananeraie


Quand le bananier arbore sa curieuse fleur violette


Grand Etang, près de la Soufrière
La Basse-Terre doit à la puissance tellurique de la Soufrière la richesse sauvage d'un univers végétal où s'imbriquent d'infinies variété de plantes et de grands arbres.

Photos : Mélusine
sauf pour l'arbre à pain et la fleur de bananier

mercredi 20 mai 2009

Variations tropicales

D'où vient le mot "Guadeloupe" ?Le père Dutertre (1610-1687), un des premiers chroniqueurs de l'île, fut bouleversé par la beauté et la clarté de ses eaux et lui aurait attribué pour cette raison le nom d'un auteur célèbre de cette époque appelé Lopez ; d'où le nom de " Agua de Lopez "...

L'origine du mot Guadeloupe remonte à l'époque de la conquête de l'Espagne par les Arabes.
En effet, beaucoup de noms de lieux furent alors empruntés à la langue arabe.
Leur prononciation en espagnol les transforma progressivement.
C'est ainsi que les mots commençant par "agua" tirent leur origine de l'arabe "oued" qui signifie rivière. Cette comparaison suffit pour montrer que le mot Guadeloupe est aussi d'origine arabe.
En le décomposant, il est facile de trouver la forme primitive Gua-alupe, ce qui revient à oued-el-oueb. Précisément cela se traduit par rivière de l'amour. Cela s'ajoute au charme et à l'enchantement que diffuse cette île d'Outremer.

Mais il est plus vraisemblable que le mot "Guadeloupe" fut donné à l'île par Christophe Colomb lors de son débarquement à Sainte-Marie de la Capesterre, le 4 novembre 1493, pour rendre hommage à "Santa Maria de Guadalupe de Extremadura" auprès de laquelle il s'était rendu en pèlerinage en Espagne pour la remercier - de l'avoir sauvé de la tempête pendant son premier voyage. L'île était sans nom pour les conquérants espagnols, mais pas pour ses habitants les caraïbes qui l'appelaient "Caloucaera" ou "Karukéra", ce qui signifiait "l'île aux belles eaux".
Le meilleur moment de l'année pour venir en Guadeloupe

Le monde caraïbe vit au double rythme d'une saison sèche, le carême, et d 'une saison pluvieuse, l'hivernage, propice aux cyclones.

Sur le massif montagneux de la Basse-Terre, des averses s'abattent en trombe, font déborder les rivières et briller les feuilles des arbres géants. Mais, capricieux et inégal, le régime des pluies imprime au paysage de saisissants contrastes.

Ainsi, la Côte sous le Vent ou la Grande-Terre se contentent-elles de carêmes très secs, qui brûlent les savanes. Les fourrés épineux, les bois secs qui quadrillent l'espace, manifestent la rareté de l'eau et confèrent à la nature une aride beauté où, de place en place, les taches jaunes de l'acacia sauvage ou mauves du ti bom éclairent les taillis.

Dans ces régions encore, les rameaux épineux du campêche se consument lentement, selon des techniques de brûlage ancestrales, en des feux qui procurent le charbon de bois. Ils évoquent l'époque des grandes traversées, ce temps où les transatlantiques emportaient dans leurs cales le campêche pour fabriquer des colorants en métropole. Dans ce pays de bois secs, les grappes jaunes de l'aloès se rencontrent aussi, et sous le caresse de l'alizé, les ondulations vert argenté de la canne apaisent le regard comme une mer vivante.

Le moulin à vent de la Mahaudière
Au faîte des anciens moulins en ruine, les figuiers maudits projettent leurs ombres étranges, souvenir nostalgique et blessé du monde des sucrottes...
L'uniformité des paysages se brise aussi sur le poirier-pays, qui laisse sous son tronc rouge des parterres de fleurs pâles.
D'autres beaux arbres comme le cajou, à l'amande frâiche, ou le latanier, aux palmes en éventail, dressent leurs guirlandes de feuillage.



Disséminés dans des bosquets de verdure ou sur les bords des chemins blancs, les flamboyants ravivent la nature de leurs feux.


Dans cet univers si étranger à la luxuriance tropicale, les savanes aux teintes presque violettes lors des carêmes extrêmes donnent au paysage une quiétude absolue. Et dans l'harmonie paisible des soirs se devine le bruissement des langues à vieilles femmes traversées par le souffle léger du vent.

Photos : Mériade


lundi 18 mai 2009

De Durban


L'art des statues de sable n'existe pas qu'en Belgique...
Pour preuve, ces photos envoyées par mon ami John de Durban, en Afrique du Sud !
En fait, la statue que je vous présente ici
est la seule oeuvre d'un petit garçon de 14 ans, Forny, de Prétoria, la capitale
et que vous voyez de dos travailler au détail de sa composition.
Il a placé à droite cet écriteau "Please support" afin de l'aider à supporter son oeuvre
et lui offrir ainsi un peu d'argent.


Autre petit garçon, même pays, même ville.
Celui-ci ne bouge pas, reste immobile , à moins que devant son petit carton,
on ne lui accorde un petit signe de sympathie en y plongeant quelque somme d'argent
Alors, soudain, il se met à danser pour vous.



Autre demande, émanant cette fois d'un jeune homme, un peu plus âgé,
qui pour quelques cigarettes, vous expose sa création,
faite à base de noix de coco.
"Excuse-moi, laisse-moi fumer".

Inutile de vous rappeler que fumer nuit à votre santé....

***
Photos : Envoyées par John Badesire de Durban

dimanche 17 mai 2009

Hochet-pavot



 
Savez-vous que la tête du pavot, 
tout comme celle du coquelicot,
fait un hochet pour les enfants ?

On retrouve ce joujou en plusieurs pays.

***
Photo : Mélusine






samedi 16 mai 2009

Doux dialogue



Le langage des yeux.
Quel doux dialogue, 
quelle merveilleuse cascade d'idées,
 dites dans le silence.

***
Serge Côté 
Extrait de "L'île aux oiseaux"

***
Photo : Cotto



vendredi 15 mai 2009

Cadeau


Cadeau de ma petite sœur pour mon anniversaire



Le cadeau, dira-t-on, n'a rien de somptueux,
Mais venant d'un ami, tout  nous est précieux

***
Théocrite - Extrait de Idylles


***

Photo : Mélusine






mardi 12 mai 2009

Ruines médiévales















Voici quelques ruines médiévales,
 d'un château datant du Xème / XIème siècle, 
à Lafauche, dans les Vosges ...
Le soleil et la nature en ont fait aujourd'hui
 un site magnifique pour une belle promenade...

***
Photo : Aby


lundi 11 mai 2009

Cachette



 Au XVIIe siècle,
on disait en Béarn que chaque sorcière avait un crapaud dans une cachette,
qui accourait quand elle l'appelait par son nom
 et qui était un gage que le démon lui avait donné.

***
Photo : Bernardfrog - Belgique

dimanche 10 mai 2009

Une... première



T'accepter d'abord, c'est la première sincérité ;
aimer, c'est la première loi ;
apprendre à être simple, c'est la première science.

***
Jean-Marie Poirier
Extrait de Le Prix du souvenir

***
Photo : Aby



samedi 9 mai 2009

Prise au piège





Photographier, c'est tendre un piège.
Soit on met en place la trappe et on attend que la victime tombe dedans,
et on appelle cela du reportage, ;
soit on déplace la trappe pour qu'elle tombe dedans à coup sûr,
et on parle d'art.

***
Pierre Movila 
Extrait de Petits écrits à propos de la boite à image - 1998

***
Photo : Aby


vendredi 8 mai 2009

jeudi 7 mai 2009

La Maison du Chaldron


dite Maison des Loups

Restaurée en 1537 par Thomas DES ARMOISES,
la Maison du Chaldron est devenue, en 1563,
la propriété de Charles III, Duc de Lorraine qui l'embellit en 1566.

L'hôtel est le cadre de la signature du traité de CHARMES
entre le Cardinal de Richelieu et Charles IV, en 1633.

En 1635, l'hôtel est incendié lors de la prise de la Ville
par les Français et leurs alliés Suédois et,
seul, subsiste alors l'édifice actuel.

De 1633 à 1662, l'hôtel, délaissé par la famille ducale,
connaît de nombreux changements de propriétaires
et devient le "Café de Paris" vers 1905.

Depuis la cessation d'activité du café,
les bâtiments sont devenus la propriété de la Ville de CHARMES,
le 17 septembre 1999 et la Municipalité a choisi cette propriété
pour implanter un lieu public réunissant des activités de tourisme et de culture.


Au début 2009, la maison est restaurée et reprend toute sa splendeur !



***
1 ere Photo : Wiképédia
2 ème Photo : La lorraine se dévoile
3e et 4e Photos de Mélusine

lundi 4 mai 2009

Nous sommes des soeurs jumelles


 
Et pourquoi les couleurs ne seraient-elles pas sœurs des douleurs

puisque les unes et les autres nous attirent dans l'éternel ?

***
Hugo von Hofmannsthal 

Extrait de Lettre d'un voyageur rentré dans son pays


***
Photo : Aby

Découvrez ce Blog,
rien que sur les coquelicots !!



dimanche 3 mai 2009

Coeur en dentelle



Un cœur n'est juste que s'il bat au rythme des autres cœurs.

***
Paul Eluard
Extrait des Poèmes retrouvés


***
Photo : Mélusine

Si vous aimez les coquelicots, rendez-vous ICI :

un blog tout pour eux !!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...