samedi 11 septembre 2010

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

Impossible de passer à Lisieux sans vous parler de celle
qui a donné ses lettres de foi à ce lieu !!
Il s'agit, bien sûr, de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus...

La vie de Saint Thérèse de Lisieux

Thérèse est née à Alençon, le 2 janvier 1873,
dans une famille profondément chrétienne.
Dernière enfant de Louis et Zélie Martin,
elle manifeste très vite un caractère vif et joyeux.
Des épreuves douloureuses vont pourtant marquer son enfance et la fragilisent ;
à l'âge de quatre ans et demi, elle perd sa maman.
A Lisieux où la famille vient s'installer,
ses quatre sœurs jouent un rôle décisif dans son éducation.
Les aînées, Pauline et Marie, entrent au couvent.
Thérèse désire également entrer au Carmel,
non pour les rejoindre, mais "pour Jésus seul".
Noël 1886 rend à Thérèse la force de caractère de sa petite enfance :
à une remarque de son père qui la meurtrit, elle répond par un sourire.
Elle s'aperçoit qu'elle a la volonté qui la fera sortir définitivement de l'enfance
pour affronter la vie d'adulte.
Dès lors, Thérèse concentre son énergie pour atteindre son but : être Carmélite.
C'est au Carmel de Lisieux, où elle entre le 9 avril 1888,
que Thérèse passe les neuf dernières années de sa vie, toute consacrée à Dieu.

Elle y vit les joies mais aussi les contrariétés de la vie communautaire.
Elle y connaît aussi la souffrance, celle de la maladie de son père
et enfin la sienne, la tuberculose.
Sa plus grande peine cependant vient du brouillard intérieur
dans lequel elle se trouve les derniers mois de sa vie.
Plongée dans la nuit de la foi,
Thérèse comprend et partage la condition de ceux qui vivent loin de Dieu.
Malgré tout, elle affirme avec passion sa confiance en l'amour miséricordieux de Dieu,
se voyant devant Lui comme un enfant dans les bras de sa mère.
Bien loin de vivre dans l'extraordinaire,
Thérèse vit cet abandon dans les petites choses du quotidien et la simplicité de l'amour.
A sa mort, le 30 septembre 1897,
Thérèse lègue au monde un message de confiance
et d'amour réel et concret de Dieu.

"La plus grande sainte des temps modernes"
Pape Pie X


Sainte

Grâce à ses écrits publiés un an après sa mort,
sous le titre Histoire d'une âme,
Thérèse est rapidement connue et aimée dans le monde entier

Son procès ouvert en 1910,
Thérèse est béatifiée le 29 avril 1923,
et proclamée sainte le 17 mai 1925 par la Pape Pie XI

Patronne des Missions

Le 14 décembre 1927,
Thérèse est déclarée Patronne des missions et des missionnaires.
Par ses lettres et sa prière, Thérèse non seulement soutient deux missionnaires,
mais partage leur mission : "Je suis heureuse de travailler avec vous au salut des âmes".
Cloîtrée dans son Carmel, puis affaiblie par la maladie,
elle découvre la valeur missionnaire des petites choses faites et offertes avec amour.
Enfin, elle comprend que sa mission ne finit pas avec sa mort :
" Je sens que ma mission va commencer,
ma mission de faire aimer le bon Dieu comme je l'aime,
de donner ma petite voie aux âmes".

Docteur de l'Église

Le titre de Docteur est attribué à des saints
dont on reconnait l'autorité de la doctrine,
l'importance et l'originalité de l'œuvre.
Présente aux grands courants spirituels de notre temps,
inspiratrice de vocations, d'instituts et congrégations dans le monde,
Thérèse, qui a marqué de nombreux saints, bienheureux et autres grandes figures contemporaines,
a été proclamée Docteur par Jean Paul II le 19 octobre 1997.

Le message de Thérèse :
une petite "voie" universelle


La "petite voie" de Thérèse, chemin d'espérance et de sainteté,
consiste à être simple avec Dieu et avec soi-même.
Thérèse fait l'expérience de Dieu Père et Amour miséricordieux,
de Dieu qui aime tous les hommes,
qui connaît ce dont nous avons besoin avant qu'on lui demande,
qui nous pardonne et nous demande de pardonner à notre tour,
qui nous protège et prend soin de nous.
Et ce Père qui nous aime n'a qu'un désir, celui d'être aimé :
" Il n'a pas besoin de nos œuvres, mais seulement de notre amour".
Reconnaitre Dieu Père demande un cœur d'enfant qui choisit de demeurer petit.

Reliquaire de Thérèse


Reliquaire de la Basilique
Il contient les ossements du bras droit de Sainte Thérèse.

Bienheureux Louis et Zélie,
parents de Sainte Thérèse



Zélie Guérin (1831-1877)
Louis Martin (1823-1894)

Pour les parents de Thérèse, Dieu est toujours premier servi.
Thérèse sera profondément marquée
par leur foi profonde et la ferveur religieuse de sa famille.
Les procès de Canonisation de Louis et Zélie Martin
ont été d'abord instruits séparément entre 1957 et 1960.
Ensuite, le pape Paul VI, pour la première fois dans l'Eglise,
a voulu que ces deux causes soient unies en une seule.
Les fidèles sont invités à invoquer conjointement Louis et Zélie Martin
pour obtenir faveurs et miracles par leur intercession.
Le 26 mars 1994, le Pape Jean-Paul II les déclare Vénérables,
reconnaissant leurs "vertus héroïques"
Leur Béatification a été célébrée à la Basilique de Lisieux le 19 octobre 2008,
année du 150e anniversaire de leur mariage.

Reliquaire de Louis et Zélie Martin


 Les tombes des parents qui ne renferment plus rien,
étant donné qu'ils sont maintenant dans le reliquaire de la Basilique
Ces tombes sont situées à l'arrière de la Basilique, au centre du chemin de Croix

***
Photos : Stefen
Chantal et Michel

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...