jeudi 16 septembre 2010

La Basilique de Lisieux


Le projet d’ériger une basilique fut envisagé en 1925,
l’année de la canonisation de Thérèse,
par Mgr Lemonnier l’évêque de Bayeux-Lisieux. 
La décision fut officiellement prise le 21 septembre 1927.
Elle répondait aux soucis d’accueillir les pèlerins
dont le nombre croissait de façon phénoménale.
L’architecte Louis Marie Cordonnier, célèbre alors,
dessina les plans en 1927 et les travaux commencèrent la même année.






Le 30 septembre 1929, on posait la première pierre.
En novembre, Pie XI faisait savoir à Mgr Suhard (successeur de Mgr Lemonnier),
qu’il fallait faire "grand, beau et vite".
Dès lors, la Basilique se construisit à un rythme accéléré.
Ce fut un chantier colossal,
la basilique de Lisieux étant l’une des plus grandes bâties au XXe siècle.
En 1930, on comptait plus de 200 ouvriers sur la chantier,
travaillant jour et nuit sous les quatre grandes grues électriques.


Une souscription internationale fut lancée, jusque dans des régions fort reculées.
La générosité des chrétiens du monde entier fut immense,
témoignant de l’amour dont bénéficiait Thérèse.
Elle permit l’achèvement et le paiement en moins de 10 ans du parvis,
du chemin de croix, de la crypte et de la basilique.

Mère Agnès et Sœur Geneviève, les sœurs de Thérèse,
contribuèrent avec discrétion et efficacité.
L’édifice, bâti pour durer, est d’une solidité et d’une qualité remarquables.
Son imposante ossature en béton armé est complété par du granit de Vire et du marbre,
ce qui lui donne une solidité à toute épreuve.

Début 1934, fut percée l’avenue Sainte Thérèse, menant à la basilique.
Le 11 juillet 1937, la bénédiction solennelle de la basilique
fut prononcée par le cardinal Pacelli, futur pape Pie XII.
Elle donna lieu à une immense liesse populaire :
200.000 personnes étaient présentes.

Les travaux tournèrent au ralenti pendant l’occupation et la Seconde Guerre mondiale.
La basilique souffrit peu des bombardements alliés des 6 et 7 juin 1944
et les travaux d’achèvement (vitraux et mosaïques) reprirent jusqu’au 11 juillet 1954,
date à laquelle eut lieu la Consécration du sanctuaire.
On retiendra enfin l’événement
que fut la venue de Jean-Paul II, le 2 juin 1980,
à l’occasion de sa première visite en France.


Toute la basilique est une immense mise en images.
Sous l’influence de Mgr Germain, premier recteur du sanctuaire,
Pierre Gaudin conçut pour la décoration
un projet figuratif illustrant l’essentiel du message de sainte Thérèse.


C’est dans ses ateliers que furent réalisés les 8000 m2 de mosaïques
et l’ensemble des vitraux. 


 La tour ou se situent les cloches


La crypte, entièrement recouverte de marbre et de mosaïques,
exprime surtout les ressorts intimes de la vie spirituelle de sainte Thérèse :
sa foi profonde en l’amour de Dieu et son désir d’y répondre pleinement.
La décoration est l’œuvre de Jean Gaudin,
maître verrier et mosaïste, issu d’une belle dynastie d’artistes de cet art.
Le style est celui des Arts décoratifs de l’entre-deux-guerres.

Dans la basilique supérieure se trouve un reliquaire dédié à Sainte Thérèse.
Dans la crypte est présenté le reliquaire de Louis et Zélie Martin,
béatifiés dans cette basilique le 19 octobre 2008
(voir message précédent sur Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus).
Les arrières de la Basilique,menant au chemin de croix


Le chemin de croix


Au milieur du chemin de croix,
cet édifice avec les sculptures...


Et juste en face, le dôme de la basilique
avec en bas, la tombe vide des parents de Sainte Thérèse


On revient sur le devant de la basilique...



***
Source : Site officiel de l'office de tourisme de Lisieux

***
Photos : Stefen
Mélusine et Michel


LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...