mercredi 11 mai 2011

Villedieu-les -Poêles



 Venus de Lorraine, 
les premiers fondeurs de cloches s'installèrent au 16e siècle,
dans cette petite ville normande, 
renommée depuis le Moyen Age pour le travail du cuivre. 
Ils exerçaient alors un métier itinérant. 
Chaque année au printemps, 
les fondeurs se rendaient dans les villes et les villages avoisinants 
pour fabriquer la cloche, sur place, 
au pied du clocher auquel elle était destinée.
A chaque fois, ils construisaient le four dans lequel ils fondaient le bronze.

Savez-vous comment on appelle les habitants de Villedieu-les-Poêles ?
Les Sourdins ou les Théopolitains. 
Le terme "sourdin" est lié à l'ancienne activité de dinanderie et de poêlerie 
dont le martelage répétitif du cuivre finissait par les rendre sourds.

 Cornille-Harvard est un spécialiste de l’art campanaire depuis 1865.
Pour en savoir plus sur cette fonderie des cloches 
dont nous vous rapportons quelques photos prises dans l'entrée , 
voilà leur site :
Ce que j'ai appris sur le site Wikipédia
c'est que cette ville fut longtemps administrée par l'Ordre de Malte 
et qu'elle ne payait pas d'impôts.
Après une interruption durant la révolution,
l'Ordre de Malte revient tous les quatre ans
pour participer au "Grand Sacre" ou "Fête-Dieu"



Après avoir flâné dans ses ruelles et ses cours secrètes,
visitons d'un peu plus près toutes ces cloches éparses...
 de tout près...


Puis, quelques autres de-ci de-là...




De la ferronnerie d'art dont cette porte d'entrée
et cette "palissade" de côté...

Mais aussi des animaux....




***
Photos : Stefen
Aby et Jérôme

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...